Bio

Jamie Sawyer 336 / Blind Luck Co

Une entreprise qui est née de coïncidences significatives et de chance divine.... Lorsque j'ai créé ce que l'on appelle aujourd'hui les Carreaux de Tarot, je gravais à la main les 78 dos en bois. C'est pourquoi nous avons commencé à étudier l'idée d'utiliser des graveurs laser pour accélérer le processus et rendre les produits plus accessibles à ceux qui avaient manifesté leur intérêt. Tim, mon partenaire, s'est retrouvé en situation de transition professionnelle, ne voulant plus être sur les routes (il était propriétaire-exploitant), il n'avait plus la motivation nécessaire. Nous avons discuté de l'idée qu'il m'aide, qu'il apprenne les étapes du processus de création. Il m'avait regardé faire de nombreuses fois, mais n'avait jamais pensé qu'il m'aiderait un jour. Préparer les copposants pendant que j'étais à mon studio de tatouage, puis après que nous ayons pu les assembler et les résiner ensemble. Nous avons transformé notre "activité secondaire", qui n'était qu'un "extra" que nous faisions le week-end, en la pierre angulaire de notre entreprise en pleine expansion.
Nous travaillons vraiment bien ensemble. Les créations se sont transformées et ont évolué, découvrant de nouvelles façons d'utiliser les Carreaux de Tarot en conjonction avec les cartes et la pratique quotidienne de la divination. Les planches de coulée ont été réalisées peu de temps après. Je suis si reconnaissante à Tim de pouvoir prendre un de mes dessins ou une de mes visions et de m'aider à en faire les pièces tabagiques que vous voyez dans ces murs virtuels.

Blind Luck Co est arrivé par pure chance en suivant les miettes de pain spirituelles. En comblant un vide futur auquel nous ne savions pas que nous serions confrontés.

Lorsque vous accueillez l'un de nos outils de divination créative chez vous, vous contribuez à soutenir une petite entreprise familiale. Nous créons constamment de nouveaux outils, alors n'hésitez pas à revenir souvent pour voir ce qu'il y a de nouveau !

Petite histoire, vous êtes peut-être curieux de savoir ce que signifie le 336...
C'est mon chemin de vie. Nous en avons tous un, c'est la façon dont votre date de naissance se réduit à un nombre. Le mien est 33, ce qui me place dans le chemin de vie de 33/6. J'ai découvert cette méthode dans le livre de Dan Millman "The Life You Were Born to Live". Ses mots m'ont renvoyé les leçons et les triomphes que j'ai reconnus sur mon chemin. Je n'ai jamais voulu que cela devienne ma marque, mais nous y sommes... C'est un rappel de rester sur le chemin, même s'il semble parfois difficile.

Son histoire :

La version courte :
Je suis née un mardi à la fin des années 1970, sous la pleine lune du Scorpion, en Arizona, le dernier jour de mai, de parents aimants et dysfonctionnels et d'un frère aîné, de trois ans et demi mon aîné. Ma mère est, à ce jour, ma meilleure amie, mon professeur, ma sœur et ma fille. J'ai grandi, je suis allée à l'école, j'ai obtenu mon diplôme et j'ai occupé de nombreux emplois jusqu'à ce que je découvre que je pouvais vraiment gagner ma vie avec l'art. Je suis un artiste tatoueur à la retraite, ayant orné la peau des gens pendant 18 ans, créant des liens personnels indélébiles en créant un art permanent dans un espace sacré. J'ai toujours eu des passe-temps qui m'ont aidé à canaliser mon art non-tatoué de manière intéressante. Les arts de la résine, la pyrogravure, le tarot, la peinture, les sculptures d'objets trouvés, l'art fonctionnel portable... se perdre dans l'acte de création. Grâce à Covid-19, (et mon année de carte de mort) notre J'ai dit au revoir à une vie que j'ai passé 18 ans à cultiver et à faire la transition vers une semi-retraite.

Si vous voulez la longue histoire... Continuez à lire.

La version longue, d'où je viens :

J'ai toujours été créative, d'aussi loin que je me souvienne. Je dessinais, je cousais, je sculptais, je fabriquais dupapier découpé à la main pour faire des cartes et des enveloppes que mes grands-mèrespaternelles conservaient jusqu'à leur mort... J'ai appris à tricoter à la main quand j'étais petite, avec ma grand-mère maternelle, pour passer les longues journées d'été.Créer quelque chose à partir de rien, c'était mon monde avant même que je sache comment le nommer. Je n'ai peut-être pas toujours été considérée comme "bonne" dans quelque chose, j'ai souvent lutté, mais j'ai essayé, essayé et encore essayé. C'est peut-être ainsi que mon énergie du 8 des Pentacles a vraiment pris forme. Mes parents et mes professeurs m'ont toujours soutenu, ils n'ont pas brisé mes rêves.

En fait, j'étais ma pire critique et je me suis même dissuadée de participer au cours d'art en dernière année de lycée parce que je n'avais pas réalisé que mon professeur m'avait recommandée pour ce programme... alors que je n'avais suivi aucune des classes prérequises. Quand je l'ai vu sur mon emploi du temps quelques semaines avant le début de ma terminale... j'ai paniqué et je me suis retiré du programme. J'étais peut-être créative, mais je manquais de confiance en moi. Vous voyez, j'avais l'impression de ne pas avoir travaillé aussi dur que les autres élèves, donc ce n'était pas à moi d'être là.....
Ne soyez pas triste pour moi, je restais dans ma voie à ce moment-là. En fait, à la réflexion, je suis heureux d'avoir abandonné ce cours, car cela a libéré mon emploi du temps et m'a permis de suivre d'autres cours facultatifs dans le couloir des arts. J'ai appris à forger le métal avec du cuivre et de l'argent pour fabriquer des pendentifs grossiers, à peindre sur soie, à faire des batiks avec de la cire, à couler du plâtre, à faire de la céramique et bien d'autres choses encore ! Je me suis éclatée pendant cette dernière année d'école. Je n'avais pas de grands projets pour l'université ni les fonds nécessaires pour en faire une option viable. Je me suis inscrite au community college et j'ai arrêté au bout d'un an. Je ne savais toujours pas ce que je voulais faire quand je serais "grande", je sentais que cela devait être quelque chose en rapport avec l'art et le processus de création, mais l'image n'était pas encore claire, alors j'ai pris une année sabbatique..... Je travaillais à temps plein dans un vidéoclub local, et j'ai fini par être promu au poste de "gardien des clés". (J'ai toujours été doué pour le management).

Le monde a une façon de nous tomber dessus lorsque nous rêvons de choses plus grandes. Peu de temps après mon passage au vidéoclub, vers l'âge de 19 ans, je me suis retrouvé à travailler dans une agence d'assurance bien connue, il était temps d'avoir un emploi "adulte" pendant que j'essayais de comprendre les choses. Avance rapide de quelques mois lorsque j'ai déménagé du New Jersey à la Géorgie pour échapper à une vie de rédactrice d'assurance (rien de mal à cela, mais ce n'était pas moi), fuyant à la recherche d'une réinvention et chassant un garçon... Pourquoi y a-t-il toujours un garçon ? Parce que c'est juste la façon dont ça a toujours été pour moi dans la vie... Jusqu'à ce que j'apprenne à m'aimer vraiment, je le projetais sur les autres... Je vous épargnerai cette brève histoire du sud, sachez simplement que j'ai dû faire des boulots que je ne voulais pas, afin d'apprendre ce que je voulais. Je me souviens très bien d'une pause mentale à l'extérieur de l'épicerie que je gérais, avec la nostalgie du New Jersey..... J'ai eu un moment de lucidité : je ne créais pas d'art et ma vie s'en ressentait. Je suis retourné dans le nord quelques semaines plus tard, après avoir passé deux ans dans le sud. Aujourd'hui encore, j'encourage les gens à s'éloigner de l'endroit où ils ont grandi pour explorer le monde... La maison sera toujours là, à attendre, apparemment sans changement.

Après avoir déménagé, j'ai commencé à construire mon espace créatif, en me concentrant davantage sur l'art et en permettant à mes passions de s'exprimer. (Devrais-je mentionner que j'ai fait mon premier tatouage en Géorgie ? Ce qui a déclenché une obsession pour l'artisanat....). J'ai travaillé à temps partiel dans un magasin d'art local avant de me diversifier et de retourner dans le monde de la vidéo. Je ne pouvais pas m'en empêcher, j'adorais les films et c'était un travail amusant ! Je suis rapidement passée du temps partiel au temps plein, puis à la direction du magasin. Pendant ce temps, j'ai commencé à me faire tatouer de plus en plus, devenant un habitué d'une boutique à New Hope, en Pennsylvanie. En février 2002, j'ai officiellement commencé mon apprentissage du tatouage, une histoire d'amour avec une forme d'art qui m'a aidé à grandir de bien plus de façons que je n'y étais préparé, elle m'a brisé et m'a reconstruit encore et encore. Le tatouage a toujours été la partie facile. Vivre selon les attentes et les projections des autres était l'arène dans laquelle je me trouvais. Entrer dans ma tête, me comparer à tous les autres tatoueurs... sans connaître leurs parcours. Je ne changerais cela pour rien au monde ; je suis à jamais reconnaissant pour ce monde. Le tatouage m'a fait vivre un mariage, des bébés en fourrure, un divorce, la mort des bébés en fourrure, un autre mariage et une transformation de mon propre moi. Il m'a aidé à voyager, à nouer des liens et à sortir de ma coquille, a mis mon courage au défi et a renforcé ma confiance. J'ai repoussé les limites et je me suis ressaisie pour les repousser encore. Le tatouage est devenu mon espace sûr, confortable... à tel point que j'ai pu me concentrer sur d'autres remous de mon âme.

Le tarot est entré dans ma vie comme une boule de démolition vers 2013. Il avait toujours été à la périphérie, mais jamais une pratique quotidienne ou un rituel. C'était plutôt un livre sur une étagère qui attirait mon attention de temps en temps. La religion a fait de multiples allers-retours au cours de ma vie, je me suis toujours considéré comme curieux spirituellement, mais je n'ai jamais adhéré à la religion organisée. Je préfère explorer le grand mystère à ma façon. Ma mère et moi discutions en profondeur de nos tirages de tarot et comment il semblait que les cartes ne se trompaient jamais. En 2015, lorsque j'ai commencé à tirer mon premier jeu, Sawyer's Path, A Tarot Journey- je ne réalisais pas que j'ouvrais un portail vers un nouveau monde, une nouvelle version du Soi changeant à jamais qui j'avais appris à connaître. J'ai ressenti l'amour de la chasse, j'ai ravivé la "phase d'apprentissage de la connaissance" en explorant une voie dans laquelle mon art pourrait apparaître et changer mon monde et celui des autres. La plupart des choses que je crée sont égoïstes, alors quand la communauté de la divination a accueilli Sawyer's Path à bras ouverts, je ne savais pas vraiment comment réagir. Le tarot m'a apporté certains de mes meilleurs amis et une mer de soutien dans des moments sans précédent. Je lutte toujours contre le syndrome de l'imposteur et je me demande si je ne suis pas dans la mauvaise voie ; cependant, en travaillant avec les archétypes et les énergies des cartes, j'en suis venue à faire confiance au processus et à lui permettre de se dérouler comme il le souhaite. Je n'ai jamais rêvé que cela deviendrait ce que c'est aujourd'hui.

Si vous avez lu jusqu'ici, je vous remercie.

Cette histoire n'a pas de fin, car je suis toujours le fou qui trouve sa place dans le voyage. Le Tarot est un ruban de Möbius d'auto-exploration. Je souhaite que les outils de divination que nous créons vous aident à vous amuser et à trouver des aspects de votre Moi que vous n'auriez peut-être pas explorés autrement.

Créer, c'est diviniser. La divination créative est devenue aussi essentielle que la respiration.

Des créateurs avec lesquels nous aimons collaborer :